Forum transféré


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 itinéraire: de Pierre

Aller en bas 
AuteurMessage
pierrejane

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: itinéraire: de Pierre   Jeu 26 Juil - 15:51

Je suis né à Paris dans le 14ème, en 1921. Le 1er octobre, de là vient que je suis parti à l'école aussitôt né. J'ai suivi la famille à Chatillon, Villa du Foyer, en 1927 ( peut-être 1928 ). Je suis allé à l'école primaire pas loin de chez nous. Ma soeur Odette (l'aînée) essayait de nous y mener à la baguette et y arrivait mal. Monique et moi étions assez rebelles.
Au lycée Michelet à Vanves( entré en 6ème à 11 ans, un an d'avance ). Mon vrai copain y a été un juif dont personne ne voulait comme ami. J'ai hélas oublié son nom.
Mon père m'a obligé à passer le C.E.P. à la fin de ma 6ème, en juin 33, dont l'emploi du temps ne collait pas du tout avec le programme de l'examen. Je l'ai eu mais de justesse. Ensuite le Brevet élémentaire, que je n'ai pas eu. Je crois me souvenir que c'est là que je devais produire une copie d'histoire sur la Restauration. J'avais fait une oeuvre d'imagination, qui n'a pas dû plaire à l'examinateur. De toutes façons, c'était un examen superflu, c'était le Bac(calauréat)n que je visais. Mon père vooulait nous faire passer tous les examens plus ou moins à notre portée. Sinon, nous disait-il:" tu passeras ta vie à tirer une charrette à bras dans Paris "
Ensuite, mes Bacs, passés en trois ans de suite : 1ère partie, série A, en 1939, 2ème partie. A. ¨hilosophie, en 40, 2ème partie.A.. Mathématiques, en 41. En 1939-40 j'ai fréquenté le lycée Saint-Louis, à Paris: j'allais de Chatillon à Paris en vélo. C'est là qu'un prof de maths super m'a ouvert l'esprit aux Maths. En 1940-41, je suis revenu au Lycée Michelet, mais replié dans un groupe scolaire tout neuf tout près de chez nous ( boulevard de Vanves ). Le Lycée de Vanves était occupé par les allemands.
Au moment où l'arrivée des allemands à Paris était imminente, Maman et ses enfants ( nous ) se sont enfuis de Chatillon. Nous avons participé à ce qu'on a appelé "la débâcle". Les foules sur les routes allant vers le sud, emmenant le plus d'affaires possible, abandonnantaussi au bord des routes ce qu'ils n'arrivaient plus à traîner, se faufilant autour des voitures abandonnées faute d'essence, subissant des bombardements par l'aviation allemande, avec des blessés et des morts, couchant à la belle étoile... Un des voisins de notre impasse, M. Barbieri s'était procuré une ambulance, je ne sais comment, et nous sommes tous lui et nous partis ensemble, en ambulance donc, jusqu'à Champigny-le-Sec près de Poitiers où nous avons trouvé à nous loger provisoirement. Quand Paris a été occupé et que le bruit a couru que les allemands se conduisaient "correctement", nous sommes revenus chez nous et avons retrouvé tout en ordre ( ce n'était pas le cas de tous, il y avait eu quelques cambriolages et pillages pour d'autres. Et nous avons attendu le retour de notre père qui n'a pas tardé. J'ai appris là plein de choses: de quoiest capable une foule d'hommes et de femmes affolés. Des gestes d'entraide il y en a eu, mais aussi des gestes et des parole de monstrueux égoïstes, une découverte de la nature humaine parfois forte et souvent très faible. Dans tout çà, je me suis senti plutôt observateur qu'acteur.
C'était donc "la guerre", c'était l'occupation allemande. Tout ce qui pouvait encore fonctionner, on le faisait aller. Mais tout était surveillé. A la maison, on ne parlait jamais "politique". Ce qui fait que je n'ai pas été éveillé politiquement à l'époque. Mon père lui a été mobilisé comme capitaine de réserve en 1939. Il est parti en 40 à Bar-le-Duc, qui a été replié ensuite à Paray-le-Monial et Figeac. Il a été démobilisé en août 1940. Moi, j'ai été appelé au Service du Travail Obligatoire, à quoi j'ai échappé ( sans gloire ). J'ai entendu ensuite l'appel au Service civil rural: il s'agissait de remplacer à la campagne, pendant les grands travaux d'été, les hommes absents. Et pendant l'été 42, je suis allé en Beauce, à Génarville, près de Bouville, et d'Illiers, dans une ferme appartenant aux Bellamy. J'y ai passé de très dures journées de moisson, mais j'ai eu un éblouissement cérébral quant aux réalités de la campagne. Si bien que j'ai décidé de chercher ma profession à venir au milieu des ruraux.
Au lycée Louis-le-Grand à Paris, préparation aux Grandes écoles. 1943: concours d'entrée à l'Institut National agronomique, qie j'ai raté à cause de la Plaine du Pô, dont j'ignorais à peu près tout et qui m'a été proposée en oral de ce concours. Mais mon total de notes me permettait de m'inscrire à une Ecole Nationale d'Agriculture. Je me suis inscrit à celle de Rennes, où je suis arrivéen octobre 1943. Je me suis aussi mêlé aux jeunes de la paroisse . C'est là que j'ai rencontré Jane.... Mariage le 20 février 1946. C'est là aussi que j'ai repris conscience de l'intérêt énorme que je portais à l'Evangile, et à la nécessité prioritaire de l'annoncer.
Alors a eu lieu un nouveau revirement et changement de vie. Je sentais en moi un appel vers le pastorat dans l'église protestante. Jane y était consentante, ma famille résservée à cause des petits revenus financiers de ce ministère, mais consentante aussi.
D'où notre arrivée en octobre 1946 à Strasbourg à la Fac de Théologie Protestante, et notre installation à Strasbourg... Puis les nominations aux divers postes pastoraux: Verrines 1950, Fontenay-le-Comte 57, Orléans 67 - parenthèse à l'Ecole pastorale de Béthanie, à Lifou - Nouvelle-Calédonie 78-80, Besançon 81 ( non compris les séjours plus ou moins vacances à Labastide-Rouairoux en 77 et en 81 )
Mais à partir de là, vous êtes dans le coup . Alors j'arrête .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flo

avatar

Nombre de messages : 136
Age : 66
Localisation : Laviolle Ardèche
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: itinéraire: de Pierre   Ven 27 Juil - 9:28

Super d'avoir tous ces détails inédits ( en tous cas pour moi ! ) sur cette période de ta vie , papa . Je découvre à quel point nous avons été preservés en échappant à des épisodes aussi stressant que ce que vous avez vécu en 39,40 ... Je ne savais même pas que toi et ta famille aviez fui Paris et participé à la "débacle ". c'est sûr qu'on doit être plongé dans des situations où la nature profonde de l'homme ne se montre pas sous son meilleur jour !! Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flo

avatar

Nombre de messages : 136
Age : 66
Localisation : Laviolle Ardèche
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: itinéraire: de Pierre   Ven 3 Aoû - 8:21

Combien de temps êtes vous restés , toi et ta famille , à Champigny -Le -Sec , loin de votre maison ? Et où étiez vous hébergés ? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: itinéraire: de Pierre   

Revenir en haut Aller en bas
 
itinéraire: de Pierre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Blog visiteurs ] Recherche de l'itinéraire de la campagne 1928 du cuirassé Jeanne d'Arc
» Itinéraires de Normandie
» MESA 2012
» Calculer la longueur d'un itinéraire avec Google Earth
» Route nationale 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum transféré :: Les rubriques :: La famille de Pierre-
Sauter vers: