Forum transféré


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Par Claire

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Par Claire   Mer 25 Avr - 12:19

Le mois dernier, à l’occasion de l’anniversaire de maman, ses 84 ans le 16 février, j’ai posé des questions, à elle et papa, sur la façon dont ils avaient passé les années de l’occupation, de 1940 à 1944, et en particulier comment s’était situé papa par rapport au STO (service de travail obligatoire) instauré par les occupants allemands et le gouvernement de Vichy. Avec leur accord, je vous fais part de leur réponse à chacun.
Je venais de lire un livre tout juste paru à Bourges, sur les années du gouvernement de Vichy dans le Cher, et ainsi j’ai découvert que le décret rendant obligatoire le STO pour tous les jeunes gens nés dans les années 1921, 22 et 23 est paru le 16 février 1943 ; c’est en réalisant que c’était précisément le jour où maman avait 20 ans et que papa était concerné puisque né en 1921, que l’idée m’est venue de leur poser ces questions. Voilà donc leur témoignage à chacun sur cette période.
Maman : « Nous n’avons pas été touchés par le décret pris par Vichy le 16-2-43. L’ai-je su ?
Ce n’est pas sûr. Pas de télé. Peut-être la radio ? Ou le journal le lendemain. Les nouvelles n’allaient pas si vite ! Papa n’était pas à Rennes à l’époque, mais en prépa d’agriculture à Paris, il est arrivé à Rennes en octobre 43. J’étais seule à Rennes ce jour là. Je me souviens que ma logeuse, Madame Piovani, une jeune femme protestante avec un garçon de 7 ans, avait fait des zoesties suisses pour marquer le coup. Je me souviens aussi que je n’avais guère apprécié cette solitude. Mais mes pensées n’allaient pas vers Pierre mais vers une amie de classe chez qui je suis allée parfois de Rennes à Brains-sur-les-Marches en vélo. Une bonne quarantaine de kilomètres. Et même pas de coup de téléphone !! ce jour là et pour cause : il était encore très rare de l’avoir. »
Papa : « Quand a été promulguée l’obligation du travail obligatoire (S.T.O.) j’ai été concerné bien sûr, mais …j’ai fait partie des réfractaires ( je n’étais ni exempté ni défaillant) C’est pourtant en me faisant passer pour défaillant que je n’y suis pas allé. Notre voisin de Chatillon connaissait un médecin employé par les allemands pour des visites de jeunes appelés au STO, et qui cherchait à ce que le moins possible y partent, en leur donnant des bulletins de santé négatifs. C’est ce qui a pu se passer pour moi, par toute une série de circonstances favorables et j’ai pu échapper au STO grâce à un bulletin de santé m’attribuant un souffle au cœur.
Et quand je suis arrivé à Rennes, vers octobre 1943, j’étais logé chez les , ??? (les parents de Micheline, la marraine d’Irène) et en règle avec l’administration j’ai pu faire mes 2 années d’études à l’Ecole nationale d’Agriculture entre 43 et 45 sans être jamais inquiété. C’est à ce moment là que Jane et moi nous avons commencé à nous voir et nous connaître.
Ce qui est arrivé à ce moment là, c’est que les Allemands mobilisaient les jeunes lycéens ou étudiants ou autres pour réparer les dégâts faits dans le pays par les bombardements des alliés. J’ai été réquisitionné ainsi 2 ou 3 fois pour aller sur le terrain d’aviation de Saint-Jacques près de Rennes, pour boucher les trous qu’avaient faits les bombes sur le terrain. Et c’est vrai aussi qu’en bouchant ces trous là, on en a fait d’autres à nouveau autour. La surveillance n’était pas très active. Et le soir, nous étions payés pour le travail que nous avions fait.
Plus tard, les allemands en fuite, nous aurions pu facilement nous embaucher pour la 2e DB qui s’était mise à leur poursuite. C’est mon horreur de la guerre, quelle qu’elle soit, contre qui et pour qui qu’elle soit, qui a fait que je ne me suis pas engagé non plus de ce côté. Je ne me figurais pas pouvoir tirer sur un homme et le tuer, qu’il soit allemand ou autre chose.
Contrairement à mon père très militaire, je me suis toujours senti pacifiste à l’égard de tous, et « l’amour de la patrie » devenait toujours dans ma tête « l’amour de l’humanité ». Je suis quand même content que ma patrie soit la France, mais je ne suis pas absolu de ce côté. »

A propos de l’idée de patriotisme, sujet très en vogue actuellement, voilà donc comment papa (grand-père et arrière-grand-père) nous transmet sa conception de ce « gros mot » galvaudé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Par Claire   Mer 25 Avr - 12:20

heldum (le 04/04/2007 à 11h02)
c'est vraiment bien d'avoir quelques détails plus précis sur ces années.
Les seules choses que j'aie entendu sur la guerre- ou à peu près- c'est que Maman, qui avait l'obligation d'apprendre l'allemand, avait dit dans la rue à un soldat particulièrement petit: "hoch wie drei Käse!" (haut comme trois fromages...elle devait pas avoir encore appris le mot 'pomme'!) .
Et que les restrictions à Paris avait amenées Papa à manger du rat (de laboratoire, m'a-t'il précisé...)
La vision pacifiste et 'internationaliste', je pense qu'il me l'a fait passer aussi. J'ai du mal avec le 'fier d'être français' actuel...(j'en suis plutôt contente, de l'être, mais pourquoi être fière de quelque chose qui s'est imposé à moi??)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
clairon



Nombre de messages : 37
Age : 70
Localisation : Saint-Palais
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: précision   Sam 5 Mai - 21:39

les parents de Micheline Gonot étaient Mr et Mme Treyture .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par Claire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par Claire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soupe aux tomates claire
» une chose ne semble pas claire
» Naufrage du LERIDA le 2/03/1869 pour Marie-Claire JACQUET
» Marie Claire Idées n°68 ou Tuto de store qui s'enroule
» RAL et peau très claire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum transféré :: Les rubriques :: Pendant la guerre-
Sauter vers: