Forum transféré


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Par Evelyne

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Par Evelyne   Mer 25 Avr - 12:10

Mes premiers souvenirs de Pépé et Mémé sont bien sûr à Laval, une maison que j'aimais beaucoup ; le jardin avec des odeurs très particulières, des promenades avec pépé dans les bois pour trouver des champignons et en particulier des morilles , champignons rares et très goûteux;
Maman m'a dit un jour que j'avais bien de la chance d'avoir partagé ça avec pépé, il y avait de l'envie dans sa remarque, il me semble(?)
Des sorties en ville avec Mémé où quelquefois on croisait Pépé assis sur un banc, je ne crois pas qu'on allait lui parler, bizarrerie en y repensant maintenant.
La radio était souvent allumée très fort puisque Pépé était sourd, depuis quand ? et maman l'a-t-elle toujours connu sourd ?
Mes ?? aimeraient bien avoir des réponses, ce roman familial peut en être l'occasion.
Donc des ballades en ville dans les magasins où Mémé m'a un jour acheté une jupe qui me paraissait très chère, j'étais ravie.
Un autre souvenir d'odeurs: la chambre ,le parquet ciré où on dormait à l'étage avec le soleil qui nous réveillait le matin à travers les volets. J'ai souvent eu envie d'une maison où j'aurais une chambre comme ça sans jamais le retrouver.
Une autre odeur celle du buffet de la salle à manger quand on ouvrait ses portes.
Cette maison était sans confort, le seau la nuit, la cabinet au bout du jardin, un lave main comme celui que les parents m'ont ramené de leur dernier voyage, mais très chaleureuse surtout grâce à la présence affectueuse de mémé.
Pépé était un peu bourru mais je l'aimais aussi beaucoup.
C'est en souvenir de mémé que j'ai eu envie que mes petits enfants m'appelle mémé.
Il y avait les voisines [je ne sais plus leur nom, je fais de la résistance sur les noms et les dates, (à la manière de Papa ?) sans doute à cause de l'importance, pour moi exagérée que ces « détails », là c'est moi qui exagère, prennent pour maman] une mère et sa fille leur mode de vie me paraissait tout à fait bizarre, je ne sais pas très bien en quoi.
On allait voir tante Germaine et cousine Hélène, quel était leur lien? j'aimais monter l'escalier jusque chez elle; je pense que tante Germaine était une femme tout à fait intéressante, mais comme à d'autres moments et avec d'autres personnes je n'ai pas su en profiter.
-Tonton Oscar et tante Berthe où quelquefois il y avait Dominique et Annelise, les coloriages de tonton Oscar me paraissait assez ridicules. Tante Berthe est pour moi le prototype de la « femme douce »
-Tante Marthe et tonton Alexandre, encore des souvenirs d'odeurs le cuir des chaussures qu'il fabriquait, souvenir de luxe aussi.
-Françoise avec qui plus tard j'allais à la piscine où elle retrouvait des amoureux, un certain Jacques en écrivant ça je vient de réaliser que si je suis « tombée » amoureuse , c'est bien le terme adéquat de Jacques celui de Françoise y est peut-être pour quelque chose. A propos de Françoise il y a eu l'épisode de son mariage éclair et de la découverte avec mémé (dans quelles circonstances??) d'une armoire pleine de sous vêtements assez chics.
C'était une famille dont je me sentais faire partie. J'ai souvent pensé à mémé quand j'ai été enceinte de Virginie et je regrettais de ne pas pouvoir être avec elle dans cette période difficile; sans savoir à ce moment là que sa 1° grossesse avait eu lieu en dehors d'un mariage, je pressentais que j'aurais trouvé un refuge auprès d'elle.
Dans la famille de maman il y avait aussi tante Andrée chez qui j'ai passée des vacances avec Flo ou Irène où j'ai très peu parlé, Etienne provoquait beaucoup et tenait des propos (racistes il me semble) qui m'horrifiaient tout en étant incapable de lui répondre, c'est à elle que je pensais dont je n'ai pas su profiter, trop repliée sur moi!!
Que de femmes!! Et pourtant il y avait bien un frère mais très absent même dans les conversations
Contrairement à Claire et Odile je n'étais pas du tout à l'aise avec tonton Jean, le Zouave et je détestais le rencontrer dans la rue, trop d'esbrouffe, je n'avais pas envie de me faire remarquer, moi!

Un autre souvenir, de luxe aussi, petit mais quand même : mémé nous donnait toujours un peu plus d'argent pour acheter des bonbons avec le pain, j'avais acheté un œuf en sucre qui me paraissait trop cher, et je voulait le finir avant d'arriver à la maison, j'ai été obligée de cracher le reste dans le caniveau, alors que je suis sûre qu'elle ne m'aurais rien dit, que faut-il en conclure ? Surtout que j'avais une vive notion des choses chères ou pas?
Ce qui me surprend en écrivant ces souvenirs c'est l'importance des odeurs et des sensations , c'était un monde pour moi avant tout sensuel et affectif.

Evelyne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Par Evelyne   Mer 25 Avr - 12:11

visiteur_Corinne (le 25/02/2007 à 09h59)
Je pense que Jean, le zouave, était un cousin de Maman : cousin Jean.

Marion m'appelle Mémé aussi, à ma demande ... en souvenir de notre Mémé qui me paraissait si douce et auprès de qui j'étais bien.
Plein de souvenirs communs avec Evelyne concernant Laval, et sa maisonnée ! et pourtant j'étais bien plus petite : j'avais 9 ans quand Mémé est décédée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Par Evelyne   Mer 25 Avr - 12:12

visiteur_pierja (le 09/03/2007 à 10h40)
Jane. 3 mars 2007. Je suis heureuse que tu sois la première à parler de Pépé et Mémé, pour vous, pour moi, papa et maman. J'étais contente du partage de ce que tu as vécu dans les promenades avec mon papa parce que pour moi çà a eu beaucoup d'importance. Il parlait très peu pourtant mais j'ai appris avec lui beaucoup de choses...politiques même- çà tenait à son état d'esprit libertaire. J'ai toujours connu papa sourd: il avait été trépané en 1917, après quoi- ses cheveux blanchis d'un coup- il avait été "renvoyé dans ses foyers" où l'attendaient une femme et 4 enfants: Florence, Odette, Louis, Andrée. C'est vrai que maman était généreuse et beaucoup plus "maternelle"que moi. J'étais la 6ème et dernière et j'ai sans doute pu mieux profiter de quelques petites largesses, mais pourtant l'argent règnait en maitre. Les voisines en question étaient la mère et la fille. La maman "bretonnante" parlait un français déformé et la fille était perturbée après un "viol" pendant la 1ère guerre. Je n'ai jamais su vraiment, mais elle avait perdu ses cheveux et portait une perruque. Je pense qu'elle aurait 100 ans et un peu plus. C'est cependant elle que Florence a appelé lors de l'accident cérébral de maman. C'était Mlle Berthe Leliboux et sa mère Madame Evanno.. Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé pour Françoise avec son premier mari Christian. Elle ne veut pas en parler. On dirait que çà n'a pas existé! Tu fais une erreur en parlant de tonton Jean qui n'a jamais été "zouave". Ce Jean était le 2ème fils de tante Germaine, Pierre étant l'ainé de 2 ans de plus que moi, nous nous entendions bien. Jean plus jeune que moi a été de bons copains de ballade en vélo et de jeux en campagne, vers 16 ans un peu romantique. C'était donc " cousin Jean", il avait été emmené par les allemands après la trouvaille chez lui de vieux fusils de collection. Il a fait 3 ans en Allemagne et a servi la fin de la guerre en Russie. Il a dû rentrer en 47- déboussolé- engagé en Indochine, puis en Algérie où il était sergent. Il a été alors cassé et n'a rapporté que son costume de zouave, du paludisme aussi.
Pour l'argent, peut-être que çà se sentait encore dans les années où tu as pu aller à Laval,mais beaucoup moins. Je crois qu'on ne parlait plus de dettes ici ou là ! mais mes leçons de ménagère sont empreintes de la notion d'économie. Il faut aussi parler je crois de la cuisine de maman - délicieuse - et de celle de papa:la soupe aux légumes et le pâté de lapin et dans des conditions de vie quasi moyenâgeuses! Ta maison de Chouppes voulait-elle ressembler à la maison de Laval ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Par Evelyne   Mer 25 Avr - 12:12

visiteur_Eneri (le 15/03/2007 à 18h36)
De quel "Jacques" parles-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
Admin
Admin


Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Par Evelyne   Mer 25 Avr - 12:12

heldum (le 24/03/2007 à 19h46)
c'est Claire qui écrit, mais le logo d'Hélène s'est logé comme un coucou dans la case où je voulais m'y mettre! Comment le déloger? Je demande à Guillaume peut être?...
Maman j'aimerais bien que tu nous parles du coté libertaire de pépé, de quel mouvement politique at'il été solidaire....
Et puis, à propos de cousin Jean, j'ai le souvenir que tante Germaine, sa mère, nous a montre une photo de lui en méhariste, juché sur un dromadaire. N'était il pas légionnaire alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cirquesamud.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par Evelyne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par Evelyne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les 12 coups de Noël avec Evelyne
» Novembre 2010: la 1ere disparition d'Evelyne
» Ecrire à Evelyne
» Et si Evelyne...
» Les sourires & mimiques d'Evelyne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum transféré :: Les rubriques :: La famille de Jane-
Sauter vers: